Exercice physique et cerveau

Dans un article récent du livre de Lucy Vincent, neurobiologiste, nous avons vu que la contraction des muscles entraîne la production et la libération de centaines de messagers qui peuvent agir directement sur place, c’est-à-dire au niveau du muscle, mais aussi sur d’autres organes comme  le cerveau.

Directement en lien avec cette information, voici les résultats d’une étude qui a montré que l’irisine, une hormone produite lors de l’activité physique, peut également favoriser la croissance neuronale dans l’hippocampe, une région du cerveau essentielle pour l’apprentissage et la mémoire (cette hormone est présente en quantité réduite chez les sujets atteints de la maladie d’Alzheimer) .

Extrait de larticle de Trust my Science :

Selon une nouvelle étude, il existe des preuves que l’exercice produit une hormone qui pourrait améliorer la mémoire et protéger contre la maladie d’Alzheimer. Les résultats de la découverte ont été publiés dans la revue Nature Medicine.

[…]

Il y a quelques années, des chercheurs ont découvert une hormone appelée irisine, qui est libérée dans la circulation sanguine au cours d’une activité physique. Les premières études ont suggéré que l’irisine joue principalement un rôle dans le métabolisme énergétique. Mais de nouvelles recherches ont montré que l’hormone pouvait également favoriser la croissance neuronale dans l’hippocampe, une région du cerveau essentielle pour l’apprentissage et la mémoire.

« Cela laisse entrevoir la possibilité que l’irisine puisse aider à expliquer pourquoi l’activité physique améliore la mémoire et semble jouer un rôle protecteur dans les affections cérébrales telles que la maladie d’Alzheimer » déclare Arancio, professeur de pathologie et de biologie cellulaire et de médecine à l’université Columbia.[..]

L’article dans son intégralité :   là ! 

Voir aussi, concernant la même étude, l’article du site Allo Docteur, rédigé le 25/01/2019:

Alzheimer : l’exercice physique, un remède contre la maladie ? Une protéine produite par les muscles pendant l’activité physique améliorerait la mémoire et pourrait avoir un effet neuroprotecteur contre la beta-amyloïde.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s