Apnées du sommeil,TDA/H et SDO

Sur le site « Pourquoi docteur ? », est paru  ce jour un article très intéressant s’intitulant : « Apnée du sommeil : 9 enfants sur 10 ne sont pas diagnostiqués »

Extrait :

« Les enfants souffrant d’apnée du sommeil sont gravement sous-diagnostiqués, selon une nouvelle étude publiée dans le Journal of the American Osteopathic Association. Les symptômes sont souvent attribués à tort à des problèmes comportementaux.

[…]

Développement du cerveau

L’apnée du sommeil et ses affections connexes peuvent causer des dommages importants et irréversibles sur le cerveau des enfants, encore en plein développement. […] Les premières années de vie sont cruciales pour le développement du cerveau, il est donc essentiel de penser à cette pathologie » lors des consultations pédiatriques, poursuit John White. « Les enfants qui ont des problèmes de comportement ou qui sont soupçonnés d’avoir un trouble de l’attention (TDAH) souffrent peut-être simplement d’un manque chronique de sommeil réparateur », ajoute-t-il.

[…]

Dans une tribune du journal Le Monde, un collectif de médecins a récemment attiré l’attention sur les troubles respiratoires du sommeil chez les enfants. « Ces enfants sont victimes d’une maladie fréquente mais méconnue, qu’il est urgent de mettre en lumière« , expliquaient les scientifiques. « Partout en France, ce sont des milliers d’enfants qui souffrent de troubles des apprentissages, du comportement, d’aggravation de leur asthme et d’autres pathologies chroniques. Parmi les causes s’en trouve pourtant une tout à fait curable : les troubles respiratoires du sommeil ».

L’article dans son intégralité : là.

Pour rappel, une dysperception proprioceptive peut être à l’origine d’un syndrome de dysperception orale (SDO). La proprioception oculaire est portée par le nerf trijumeau qui véhicule aussi les informations provenant de la langue et des muqueuses de la bouche. Ainsi, lorsque la proprioception oculaire est anormale, le patient peut avoir des signes particuliers au niveau de la bouche : position anormale de la langue, malpositions dentaires (le plus souvent les incisives supérieures en avant) avec mâchoire trop étroite, déglutition infantile, respiration buccale, ronflements, bruxisme,… S’y ajoute la présence d’apnées du sommeil liées en grande partie à un trouble du tonus de la langue et des muscles du pharynx. Le patient a des nuits agitées, il est alors constamment fatigué et présente des troubles attentionnels et des perturbations de la mémoire, surtout si les apnées surviennent pendant le sommeil paradoxal. Ces difficultés attentionnelles peuvent aboutir sur un diagnostic de trouble de Déficit de l’Attention (TDA) avec parfois Hyperactivité (TDAH).

Dans leur livre « Oeil et bouche », les Drs Quercia et Marino expliquent :

Nous avons pu examiner un nombre important d’enfants dyslexiques qui étaient étiquetés TDA ou TDAH en sus. La caractéristique essentielle de ces enfants est la grande positivité des réponses aux signes d’hypopnées nocturnes avec SDO associé. Ces enfants ont des troubles des apprentissages d’abord parce qu’ils dorment mal. Le traitement proprioceptif sera donc très attentif aux signes oraux.

et aussi :

Nous avons pu réaliser de façon indépendante sur 3 centres […] des enregistrements d’oxymétrie couplés avec une actimétrie chez une vingtaine d’enfants. Le tracé obtenu est très reproductible d’un centre à un autre : alors que l’enfant dort calmement, apparaissent une légère baisse d’oxymétrie et une discrète augmentation du rythme cardiaque, suivis d’une réponse motrice à début et fin brutales. Cet aspect correspond exactement à ce qui a été observé par les parents.

Nous émettons l’hypothèse que ces hypopnées dynamiques sont à l’origine de la plupart des troubles attentionnels avec ou sans hyperactivité (TDA et TDAH). C’est pourquoi le traitement du SDP et du SDO chez ces enfants est particulièrement important. Il n’est que rarement pris en compte lors des bilans neuropsychologiques qui abordent plus ce trouble sous un aspect psychiatrique.

Il est aussi possible (probable) que ces troubles du sommeil interviennent dans les problèmes de mémoire de travail qui sont abondamment décrits chez les dyslexiques.

 

Voir aussi les articles : 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s